bandeau
Présentation du suivi de l'évolution des plages et du trait de côte :

Le suivi de l'évolution des plages et du trait de côte du Département de la Manche concerne l'ensemble des côtes de la baie des Veys à la baie du Mont-Saint-Michel. Il fait suite aux deux phases d'études concernant la défense contre la mer des côtes du Département de la Manche (1989 - 1994 pour la côte ouest du Cotentin et 1995 - 1999 pour les côtes nord-ouest, nord et est). Ces suivis reposent sur un réseau de repères implantés sur les hauts estrans des plages du Département. Ils ont débuté :
* depuis 1991 sur la côte ouest du Cotentin entre le cap de Carteret et le bec d'Andaine ;
* depuis 1996 sur la côte Est, Nord-Est et Nord Cotentin d'Utah-beach à Urville-Nacqueville ;
* depuis 1997 sur la côte Nord-Ouest du Cotentin entre le cap de Carteret et Vauville.

Le réseau de repères mis en place permet de mesurer :
* l'évolution altimétrique des plages à partir de la comparaison de profils topométriques et de mesures de variations ponctuelles du niveau de sable à la base des bornes placées sur les hautes plages ;
* l'évolution planimétrique du trait de côte matérialisé, en fonction de la tendance évolutive, par une limite de la végétation vivace ou une microfalaise dunaire d'érosion.

Les finalités
Il apparaît important de suivre l'évolution des côtes du Département de la Manche pour plusieurs raisons:

* ajuster les hypothèses retenues en terme d'évolution prévisionnelle du trait de côte dans la phase économique de l'étude globale de défense contre la mer. Les travaux de protection qui seront réalisés dans le futur viseront à fixer le trait de côte et stabiliser le niveau des plages. Les ouvrages modifieront favorablement l'évolution de la côte et pourront infléchir les tendances évolutives prévisionnelles envisagées dans le cadre de l'étude globale. Il convient de suivre ces évolutions pour ajuster le degré de vulnérabilité de certaines zones menacées ou qui pourraient l'être dans un futur plus ou moins proche. Les priorités en terme d'aménagement de protection contre la mer peuvent se trouver modifiées en fonction de leur efficacité. Un ajustement de la politique de programmation s'avère parfois nécessaire en cas de modification de l'évolution du trait de côte.

* affiner, à moyen terme, l'évolution du volume du stock sédimentaire côtier. Les extractions de sables ont considérablement affaiblis le stock de sédiments sableux des plages du Département de la Manche. Elles ont été directement ou indirectement responsables d'une érosion accélérée, parfois localement, de la côte. Celles-ci se poursuivent actuellement sur quelques sites. Il convient donc d'en analyser l'impact sur l'évolution de la côte située à proximité. Plus globalement, le stock sableux présent sur les plages diminue régulièrement, avec des pertes de matériaux vers l'intérieur des havres, au niveau des deltas de marée et des flèches sableuses. Un contrôle global de l'évolution des plages est donc nécessaire afin de la prendre en compte dans la réalisation des futurs aménagements de protection contre la mer. Ceux-ci pourront en effet être construits plusieurs années après la définition de leurs principes de dimensionnement. Certains paramètres techniques devront éventuellement être corrigés en cas d'abaissement important de l'estran ou/et d'élévation accélérée du niveau des mers.
Sur certains sites, le suivi de l'évolution de la côte permettra de préciser la périodicité des rechargements en sables dans le cas où ce type d'intervention est retenu dans le cadre de la défense contre la mer. Le contrôle de l'évolution altimétrique des plages est alors un outil de gestion permettant de programmer les dépenses liées à ces travaux.

Le Réseau de stations
La côte ouest du Cotentin
Ce réseau du cap de Carteret au bec d'Andaine permet depuis 1991 de suivre l'évolution altimétrique de l'estran, au droit de 57 repères, et d'apprécier quantitativement, l'évolution planimétrique du trait de côte c'est-à-dire le recul ou l'avancée du trait de côte sur la même période au droit de 70 stations de référence.

La côte est, nord-est et nord du Cotentin
Ce réseau mis en place en 1996 permet de suivre l'évolution du profil des plages et de la position du trait de côte au droit de 35 sites pour l'évolution altimétrique des plages et 19 sites pour le suivi du trait de côte.

La côte nord-ouest du Cotentin
Mis en place en 1997 dans le cadre de la dernière phase de l'étude globale de défense contre la mer, ce réseau est constitué de 15 sites de suivi pour l'évolution des plages et 11 sites pour le suivi du trait de côte.

Au total, le long de ses 330 kilomètres de côte, le suivi de l'évolution des côtes basses du département de la Manche est assuré au droit de 100 sites pour le suivi du déplacement du trait de côte et de 107 sites pour le suivi de l'évolution altimétrique des plages.



Les financeurs :
Le site web du suivi du littoral de la Manche a été financé par le Conseil Général de la Manche (38 %), l'Université de Caen (22 %), le Conseil Régional de Basse-Normandie (20 %) et l'État (20 %).


314887
14671031
stations de suivi


le réseau de stations du suivi du littoral


Dernière mise à jour
application : 07/09/2012

base de données : 24/04/2017