bandeau
Infos techniques sur le suivi de l'évolution des plages et du trait de côte :
Les stations de mesures :
Un réseau de repères a été mis en place sur les hautes plages du Département de la Manche, au droit de 157 stations réparties sur 55 communes littorales. Chaque station comporte généralement deux bornes en bois distantes d'une vingtaine de mètres.

Mesures et traitement des données
Le suivi de l'évolution du trait de côte et de l'évolution altimétrique du haut estran au pied des bornes servant de références s'effectue en parallèle du suivi de plage. Le trait de côte est matérialisé, en fonction de la tendance évolutive (avancée ou recul), par une limite de la végétation vivace ou une microfalaise dunaire d'érosion (schéma ci-dessous).


Avant septembre 2009, Ces travaux impliquaient l'utilisation d'un théodolite et d'un distancemètre électro-optique pour les levés topographiques. Parfois, lorsqu'un point coté avait été précisément défini à proximité du profil, un GPS différentiel de précision centimétrique pouvait également être mis en oeuvre. Un distancemètre-inclinomètre, mis au point par l'Université de Caen, était utilisé pour le suivi de l'évolution du trait de côte. Il faisait appel à une partie du matériel topométrique. Des véhicules tout-terrain de type quad étaient indispensables pour assurer les levés car la longueur minimale des profils de plage est de 200-250 m et la distance moyenne entre chacun d'entre-eux varie de quelques centaines de mètres à plusieurs kilomètres. Au cours d'un levé, 700 kilomètres environ étaient parcourus sur les estrans du Département de la Manche.

Depuis septembre 2009, le suivi de la topographie des plages et du trait de côte est réalisé par des mesures LiDAR topographiques aéroportées. Après une phase de tests permettant de juger de la qualité des données et de la faisabilité de leur intégration au site Internet de suivi, c’est régulièrement que de telles acquisitions LiDAR ont été réalisées afin de compléter la base des données historiques. Ainsi, plus précisément, les résultats présentés sur ce site sont issus de données LiDAR :
  • sur la côte ouest du Cotentin au Sud du Cap de Carteret entre septembre 2009 et septembre 2018 ;
  • sur la côte du cap de Carteret au Nord de l’anse de Vauville entre septembre 2009 et septembre 2011, puis en septembre 2016 et septembre 2018 ;
  • sur la côte nord du Cotentin, en octobre 2016;
  • sur la côte est du Cotentin en juin 2009 et en septembre 2011, puis en septembre 2016 (Stations SE16 à SNE 26) et mai 2017 (Stations SE01 à SE15).
Les résultats présentés de septembre et octobre 2016 et mai 2017 sont issus du traitement des données MNT Lidar du Réseau d’Observation du Littoral Normandie – Hauts-de-France et du SHOM (https://www.rolnp.fr/rolnp).

A partir de ces données LiDAR, la topographie de la plage est extraite à l’endroit de chacune des stations suivies. La densité de points sur ces profils est supérieure à celle obtenue avec des mesures topographiques classiques. Pour le trait de côte, le proxy utilisé est une ligne imaginaire issue de l’intersection entre la topographie à la date de l’acquisition des données et le plan d’eau astronomique défini par le SHOM sur les zones suivies. Ce proxy est donc différent de ceux utilisés antérieurement aux acquisitions LiDAR à savoir, la corniche dunaire en érosion ou la limite de végétation du cordon dunaire. Un recalage a été réalisé entre les données qui correspondent aux deux définitions du trait de côte afin de s’assurer de la continuité des mesures.
Concernant le niveau de plage en pied de borne, celui-ci est extrait des données LiDAR aéroporté. L’altitude de la plage est calculée à l’emplacement de la borne. Même si la borne a disparu, le calcul de ce niveau reste possible.

Le traitement de l'information (calculs topographiques, corrections des fichiers, création de lignes, sorties graphiques...) nécessite l'utilisation des progiciels de topométrie. Trois levés sont nécessaires annuellement pour apprécier les fluctuations saisonnières de l'évolution de la côte, mais aussi pour disposer d'une information suffisante pour analyser des tendances évolutives à l'échelle de plusieurs années. Ces levés sont réalisés préférentiellement à l'automne, en fin d'hiver et en début d'été. En cas de tempêtes exceptionnelles, la date de levé peut être modifiée afin d'apprécier les évolutions de la côte dues à ces événements.


En Bref ! :

157 stations de suivi
façadetypesstations
estAP
11
AP-TC
15
nordAP
5
AP-TC
4
nord-ouestAP
4
AP-TC
11
ouestAP
35
AP-TC
71
P
1
Répartition des stations de suivi par façades et par types
AP : altimétrie des plages TC : trait de côte AP-TC : altimétrie des plages, trait de côte P : photos uniquement


56 communes littorales
façadecommunes
est
13
nord
3
nord-ouest
8
ouest
32
Nombre de communes du suivi par façade



hdfhj