+33 2 31 36 22 22 station.marine@unicaen.fr
Recherches » Les projets de recherche

Le CREC vient essentiellement en appui des programmes de recherche des unités membres, mais il gère également directement certains programmes notamment dans le cadre de ses activités d’Observation du milieu littoral et Côtier.

THEME 1 : Ecosystèmes côtiers

blank
MARINEFF - MARine Infrastructures Effects

Projet MARINEFF : Effets des infrastructures marines

MARINEFF Project : Marine Infrastructures Effects

CommunicationMARINEFF

L’Université de Caen Normandie est partenaire du projet MARINEFF (MARine INfrastructures EFFects). Celui-ci vise à valoriser les écosystèmes côtiers de la Manche. Il est mené par un ensemble de partenaires : l’ESITC Caen (chef de file), VINCI Construction Maritime et Fluvial, Travaux Publics du Cotentin, l’Université de Southampton, Bournemouth University, Ports de Normandie, University of Exeter, l’Université de Caen Normandie et le Museum National d’Histoire Naturelle de Dinard. Le projet a été sélectionné dans le cadre du Programme européen de coopération transfrontalière INTERREG VA France (Manche) / Angleterre cofinancé par le FEDER (Fond Européen de Développement Régional).

Aujourd’hui, les infrastructures maritimes (digues, jetées, quais, épis, mouillages…) ne sont ni conçues, ni construites dans l’objectif d’améliorer et protéger les écosystèmes. Le projet Marineff a pour objectif d’élaborer des infrastructures marines améliorant l’état écologique des eaux côtières le long de la Manche.

Le projet vise ainsi à réaliser de nouvelles infrastructures biomimétiques permettant d’améliorer l’état écologique en France et en Grande-Bretagne, ainsi que d’impliquer les professionnels et les parties prenantes dans le projet.

Trois unités de recherche de l’Université de Caen Normandie, BOREA (Biologie des ORganismes et des Ecosystèmes Aquatiques), LUSAC (Laboratoire Universitaire des Sciences Appliquées de Cherbourg) et M2C (Morphodynamique Continentale et Côtière), ainsi que le Centre de Recherches en Environnement Côtier (C.R.E.C.) – station marine de l’Université de Caen, située à Luc-sur-Mer, apportent leurs expertises dans le projet MARINEFF. Des enseignants chercheurs, ingénieurs, techniciens, post-doctorants et un doctorant participent au projet.

Les unités BOREA et M2C sont en charge avec l’appui du C.R.E.C. des suivis environnementaux des sites normands du projet : Cherbourg, Bernières-sur-Mer et Ouistreham. L’Université met en œuvre des bateaux ainsi qu’une équipe de plongeurs scientifiques. Les équipes assurent en plongée des prélèvements et des mesures in situ pour caractériser la biodiversité et la productivité des nouveaux écosystèmes se développant sur les infrastructures maritimes immergées dans le cadre du projet. Ils mettent en place des protocoles standardisés qui pourront ensuite s’appliquer à d’autres sites. Des expérimentations s’intéressant à la fixation larvaire et au développement des biofilms sont également réalisées en mésocosmes. L’Université assure également le suivi environnemental des Rockpools installés à Ouistreham.
L’ensemble de ces travaux sur le zoobenthos, les microalgues et macroalgues, in situ et en mésocosmes, utilisent une large gamme d’instrumentation (fluorimètres modulés, cloches benthiques, caméra 3D) et les moyens du centre de microscopie CMABbio3 de l’Université. Des indicateurs d’interactions trophiques sont également développés par M2C dans le cadre du projet.
Le LUSAC, localisé à Cherbourg, est impliqué dans la caractérisation des matériaux utilisés dans la conception des infrastructures maritimes du projet.

MARINEFF (2018 – 2022)

Projet transfrontalier européen visant à tester et déployer des infrastructures maritimes biomimétiques dans la zone France Manche Angleterre.

Budget : 4.6 M€

Co-financement Interreg Va France (Manche) Angleterre | 3,08 millions d’euros FEDER

Partenaires : ESITC Caen, Museum National d’Histoire Naturelle, Ports Normands Associés, Travaux Publics du Cotentin, VCMF, University of Southampton, Bournemouth University, University of Exeter, Université de Caen Normandie

Vous trouverez plus d’informations sur ces pages :  Infrastructures maritimes biomimétiques (MARINEFF) ( avec le lien http://marineff-project.eu/)

Coordinateur du projet :

ESITC Caen

Contact Université de Caen Normandie :  Pascal Claquin, pascal.claquin@unicaen.fr

Lien(s):

Site projet MARINEFF

PHRESQUES - Projet d’Harmonisation et de REnforcement du Suivi haute-fréquence de la QUalité de l’Eau de la vallée de Seine

PHRESQUES – Projet d’Harmonisation et de REnforcement du Suivi haute-fréquence de la QUalité de l’Eau de la vallée de Seine

Le projet PHRESQUES vise à harmoniser et homogénéiser le suivi en continu des milieux aquatiques de la vallée de Seine. Son objectif majeur est de fournir une vision intégrée amont-aval de l’état de l’hydrosystème, de l’amont de l’agglomération parisienne jusqu’à la baie de Seine. Par le regroupement et le développement des dispositifs existants, le méta-réseau PHRESQUES permettra de suivre 10 paramètres sur près de 400 km.

Le projet PHRESQUES est un projet en deux phases, qui s’articule autour de 4 grandes actions :

  • l’harmonisation des approches métrologiques et méthodologiques actuellement appliquées sur les réseaux existants,
  • le renforcement spatial des réseaux et l’instrumentation de certains sites clefs non suivis pour le moment,
  • l’innovation et le test de nouvelles technologies de capteurs permettant le suivi de nouveaux paramètres, qui amélioreront notre connaissance des processus sur le continuum,
  • la coordination et la valorisation de la démarche et des données acquises dans le cadre du projet.

Le projet PHRESQUES est financé dans le cadre du CPIER Vallée de Seine. Il est labellisé « Zone Atelier Seine ».

Partenaires :
GIP Seine Aval
PIREN Seine
Ifremer
UNICAEN, CREC, UMR BOREA
CNRS 3730 SCALE

SMILE - Système de Mesure Instrumenté pour l'Environnement Littoral

Projet SMILE : Système de Mesure Instrumenté pour l’Environnement Littoral

SMILE Project – Instrumented Measurement System for the Coastal Environment

 

Fruit d’une collaboration étroite entre l’université de Caen Normandie, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) et la société NKE instrumentation, le projet Système de mesure instrumenté pour l’environnement littoral (SMILE) poursuit des objectifs d’observation, de surveillance et de recherche de la baie de Seine. C’est dans ce cadre que, le 4 juin 2015, a été déployée au large de la station marine de Luc-sur-Mer une bouée instrumentée permettant l’acquisition de paramètres environnementaux à haute fréquence ( Voir les données)

Ce programme scientifique, porté au sein de l’UNICAEN par le Centre de recherches en environnement côtier (CREC) et par le laboratoire Biologie des organismes et écosystèmes aquatiques (BOREA, UMR 7208) permet de réaliser un suivi de la baie de Seine afin d’assurer la gestion et la protection de l’espace maritime.

SMILE phase 1 : 2013-2016
SMILE phase 2 : 2016-2019

Partenariats :
Université de Caen Normandie (CREC)
Ifremer Brest et Port en Bessin
Nke-Instrumentation

Projet SMILE phase 1 cofinancé par l’Agence de l’Eau Seine Normandie et les FEDER de Basse-Normandie.

Projet SMILE phase 2 financé par l’Agence de l’Eau Seine Normandie.

En savoir plus

Fermer

THEME 2 : Morphologie et Hydrodynamique côtière

blank
COZULIT - Coastal Zone changes and risks Using Lidar Technology

Projet COZULIT :  Utilisation du Lidar aéroportée pour la connaissance des risques littoraux et des changements côtiers

COZULIT project : Coastal Zone changes and risks Using Lidar Technology

Ce projet repose sur la technologie Lidar aéroporté principalement pour déterminer les aléas et risques littoraux. Il fait suite au projet CLAREC (Contrôle par Laser Aéroporté des Risques Environnementaux Côtiers). Avec ce type d’équipements, de grandes zones côtières sont scrutées et cartographiées, que ce soit leur partie sous-marine, intertidale  et supralittorale. Le traitement des données constitue une phase de valorisation essentielle des masses d’informations recueillies, permettant de mieux analyser à la fois les caractéristiques des aléas érosion et submersion, mais également l’évolution des enjeux.

LOOCOP - LOng term cOastal monitoring along COtentin Peninsula

Projet LOOCOP : Surveillance à long terme des côtes le long de la péninsule du Cotentin

LOOCOP project : Coastal Zone changes and risks Using Lidar Technology

Le projet LOOCOP a pour objectif d’étudier les causes de l’évolution long terme de la côte sableuse ouest de la Normandie. Il repose sur un suivi du trait de côte et des plages débuté en 1991 et toujours opérationnel. Depuis 2009, les relevés topographiques sont réalisés par Lidar aéroporté, remplaçant les opérations de terrain menées antérieurement au tachéomètre et au DGPS. Avec une base de données de plus d’un quart de siècle, particulièrement utile pour un aménagement raisonné du littoral, l’objectif scientifique de ce projet est de faire la part entre le poids des forçages naturels et des causes anthropiques sur le contrôle de l’évolution du littoral.

S²PE² - Soft Shoreline Protection Effect Evaluation Project

Projet S²PE² : Evaluation des Impacts des ouvrages légers de protection contre les tempêtes

Soft Shoreline Protection Effect Evaluation Project

Sur les côtes normandes, plusieurs dispositifs originaux de stabilisation du trait de côte ont été installés, certains très récemment, mais d’autres depuis une vingtaine d’années. L’objectif de ce projet est d’étudier l’interaction trait de côte/plage/structure en soulignant les impacts positifs ou négatifs de ces aménagements considérés comme « légers ». il s’agit également d’apprécier leur efficacité et leur durabilité. Parmi les ouvrages suivis, il y a le système de drainage Ecoplage de Villers-sur-mer, installé en 2003, l’épi en géobags de Saint-Jean le Thomas, mis en place en 2016, l’épi en T en géotubes TENCAT installés en 2017 à Gouville-sur-mer, ainsi que les géotubes mis en pied de dunes sur la même zone et enfin les pieux dits « hydrauliques » mis en place à Blainville-sur-mer et Agon-Coutainville sur la très haute plage en 2017.

UBECUS - UAV BEACH & COASTLINE SURVEYS

Projet UBECUS : Valorisation des drones pour le suivi du littoral

UBECUS PROJECT :  UAV BEACH & COASTLINE SURVEYS

Depuis plus de 30 ans, le CREC de l’Université de Caen-Normandie construit et fait voler des drones pour améliorer sa connaissance de l’évolution du littoral. Aujourd’hui, les outils déployés permettent de réaliser un suivi topographique de grande précision des zones littorales, notamment des estrans et du trait de côte. Différents types de vecteurs sont utilisés, aile volante Ebee Plus, multirotor Xena, selon les couvertures à réaliser, les capteurs à embarquer et les contraintes réglementaires. Ces outils de recherche associés à un positionnement de grande précision (GPS PPK) permettent d’opérer sur des surfaces de quelques kilomètres-carrés. Ils sont en particulier déployés pour mieux connaître les impacts des interventions anthropiques sur les littoraux, qu’ils soient physiques ou biologiques.

Fermer
 
 

THEME 3 : Phycoculture et activités aquacoles

blank
NORMAND'ALG - Développement de la phycoculture et diversification de l'activité aquacole en Normandie

PROJET NORMAND’ALG : Développement de la phycoculture et diversification de l’activité aquacole en Normandie

En 2008 face aux mortalités des naissains d’huîtres les ostréiculteurs cherchent à se diversifier. A Partir de 2010 le projet NORMAND’ALG est porté par le Laboratoire BOREA de l’Université de Caen et le SMEL Synergie Mer Et Littoral, afin de répondre à cette demande. Ce projet avait pour objectif de démontrer la faisabilité de la culture d’espèces algales locales sur des zones conchylicoles et d’initier la création d’une nouvelle filière de production aquacole en Basse-Normandie via la culture de biomasses algales valorisables. Les tests sur estran ont étés confrontés à de nombreuses difficultés, comme le recrutement massif d’autres espèces empêchant la pousse des algues testées ou l’arrivée en masse des sargasses détruisant les cultures. Palmaria palmata et Saccharina latissima ont néanmoins été reconnues comme potentiellement intéressantes. La nécessité de développer une écloserie émerge afin de développer une maîtrise de production d’algues

Dans cet élan de 2012-2015, le projet NORMAND’ALG avec le soutien de la Région Normandie bénéficie de la création d’une écloserie au CREC station marine de Luc-sur-mer. Le développement des phases d’écloserie sur plusieurs espèces d’algues brunes et rouges possédant un potentiel intérêt économique y sont étudiées. L’étude des cycles de vie a permis de développer un savoir-faire et une maîtrise des phases d’écloseries des laminaires. A l’issu de ces études, l’Université de Caen est dans la capacité d’entamer un process de cycle de production capable de fournir des plantules obtenues in vitro, pour les transférer sur des filières en mer.

De 2016-2018, toujours avec le soutien des partenaires du projet NORMAND’ALG poursuit le développement de la culture algale. Les cycles de vie de Palmaria palmata, Porphyra dioïca sont étudiées et la maîtrise développée sur Saccharina latissima permet de viser des tests de cultures en mer à Fermanville, dans la Manche (50). Les tests sur filières classiques (horizontales), et circulaires ont permis d’obtenir des rendements intéressants. Néanmoins la question des risques climatiques et de l’arrachage est soulevée et la nécessité de développer cette culture dans des zones plus abritées est fortement recommandée.

SAUM'ALG - Expérimentations sur l'intégration de culture d'algues à un élevage salmonicole

PROJET SAUM’ALG : Expérimentations sur l’intégration de culture d’algues à un élevage salmonicole

SAUM’ALG est un projet financé par la région Normandie. Cette étude prospective a pour objectif d’introduire la conception d’un système d’Aquaculture Multi Trophique Intégrée (AMTI) associant la co-culture Saumons/Algues en rade de Cherbourg (Manche).

Toujours dans une dynamique de développement de la phycoculture en Normandie. SAUM’ALG découle des programmes de recherche du projet NORMAND’ALG, visant à transférer le savoir-faire et la maîtrise de la culture de macroalgues locales à forte valeur ajoutée.

schemasaumalg

Les objectifs de SAUM’ALG:

  • Apporter des informations sur la réglementation des cultures marines en Manche, en intégrant ce nouveau schéma de culture.
  • Élaborer des systèmes de culture d’algues adaptés à une concession existante.
  • Conduire des expérimentations de culture sur une concession salmonicole en mer.
  • Argumenter sur l’intérêt d’une co-culture algues/saumons dans une perspective de développement durable de l’aquaculture.
Fermer